Carnet du Pontife ... les ponts du Québec

Carnet du Pontife ... les ponts du Québec

Le petit pont Painchaud

Dernier des trois ponts couverts du rang Nord de Saint-Méthode au Lac-Saint-Jean, ce pont privé servait à relier les terres agricoles de la famille Painchaud séparées par la rivière Ticouapé. 

La splendeur du Painchaud en 1978

À l'origine, les plans de ce pont de bois de 21,6 mètres ne prévoyaient pas la couverture latérale au-dessus des contreforts. Cette toiture peu banale lui confère donc une silhouette unique en Amérique du Nord. Méconnu dans son milieu et à l'abri des indiscrets sur la terre des Painchaud, le pont couvert privé est découvert tout à fait par hasard à la suite d'un relevé aérien. 1

Dès lors, les chasseurs de ponts couverts de la Société québécoise des ponts couverts contribuent à sa notoriété en rédigeant régulièrement des articles dans leur bulletin trimestriel « Le Pont 'âge ».  Ainsi, les amateurs viendront d'aussi loin que de Milwaukee, du New Hampshire ou de France pour admirer et croquer sur le vif ce pont unique.  2

Une allure unique immortalisée en 1942.

En 1929, une entente conclue entre Alfred Painchaud et la Saguenay Power  Compagny Ltd prévoit la construction d'un nouveau pont couvert pour remplacer l'ancien inondé quelques années plus tôt. 3  Il en coûtera à la compagnie hydroélectrique 600 $ pour remplir cet engagement.  4

Plus de quatre générations de Painchaud se succéderont sur cette terre jusqu'à sa vente à monsieur Alain Boisvert en 1984. Dans ce temps-là, celui-ci tirait sa subsistance d'un troupeau laitier d'une quarantaine de têtes qui traversait quotidiennement sans grande façon le vieux pont pour aboutir à un vaste pâturage de 35 âcres. Aujourd'hui, le bétail a disparu et les terres sont en culture. Une bleuetière commerciale bien entretenue y est en exploitation.  5 

Au printemps 1943, la petite structure de bois est soulevée et transportée par les glaces. Sa course se termine contre le pont couvert Doucet. Johnny Boulanger obtient le contrat pour la réparation et ramène les « arches » de la même manière qu'elles étaient parties: par la rivière. 2700 $ plus tard, tout rentre dans l'ordre.

Le Painchaud se fracasse contre le pont de la
famille Doucet en mai 1943.

À un autre moment, le pont couvert de Philippe Boulanger se fracasse contre le Painchaud. Une autre tranche de la petite histoire des ponts couverts de la Ticouapé.


Monsieur Réal Painchaud présente une photo
d'il y a trente ans lorsque le pont avait
toujours son lustre.
 
6

En juillet 1955, une tornade inouïe frappe Saint-Thomas-Didyme et détruit des maisons et des bâtiments sur un parcours d'environ 1,3 kilomètres. Monsieur Réal Painchaud, occupé à faire les foins, trouve refuge à l'intérieur du petit pont. Le vent frappe de plein fouet contre le lambris et la toiture et malmène la charpente qui trépigne. La jument est nerveuse et les soeurs Painchaud se cachent sous le tas de foin. Si jamais le vent menace trop le petit pont, Réal se tient prêt à l'abandonner.  Après la « bourrasque », toutes les récoltes sont abattues, les tôles sont emportées, mais le Painchaud trône tout au milieu de ce désordre.  7

Monsieur Alain Boisvert posant fièrement à l'entrée du pont en 1999. En fusion, on remarque la structure de la ferme Town.

La dernière réparation remonte à 1987. À cette époque, on a réparé sommairement les culées au coût de 27 000$. Malheureusement, la structure de bois a vieilli et la compagnie Alcan s'en désintéresse. Les glaces frappent le lambris qui accumule les dommages ici et là. La ferme Town simple amont accuse une déformation latérale inquiétante et l'installation de câbles d'acier tendus retient l'ensemble. Les pièces de bois de 300 mm des culées sont affaiblies par la pourriture.  8

Le Painchaud s'effeuille lentement. Le bois de la charpente à découvert risque la pourriture. Tel est l'état critique en 2008.

Des travaux devront être entrepris si l'on désire conserver, autrement qu'en relique, ce dernier des ponts couverts de la Ticouapé. Il se trouve une lueur d'espoir. En 2007, un groupe de citoyens de Saint-Méthode (arrondissement de Saint-Félicien) travaille à la conservation du pont Painchaud. Une relocalisation sur un site plus adapté est envisagée. 9 C'est un dossier à suivre.

 

Jean Lefrançois, auteur
Mise à jour : 1er avril 2008

 

 

Notes

1.  Entretien avec M. Gérald Arbour, président de la SQPC 
2.  Progrès-Dimanche, le 16 mai 1993 
3.  Entretien avec M. Réal Painchaud de Saint-Félicien 
4.  Dossier de l'ALCAN 
5.  Entretien avec M. Alain Boisvert de Saint-Félicien
6.  Rencontre de M. Germain Baril avec M. Réal Painchaud le 31 mars 2008
7.  Entretien avec M. Réal Painchaud de Saint-Félicien 
8.  Visite en mai 1999 grâce à l'aimable collaboration de M. Boisvert
9.  Entretien avec Mme Johanne Dufour, de Saint-Félicien 

 



06/03/2008
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres